De la complexité des rapports humains et des phénomènes : l’alchimie de ce qui se joue dans l’interstice  interpersonnel lors du changement ! Il s’agit là de faire référence à un mode de pensées qui s’appuie sur les mécanismes de la communication et la théorie des systèmes. Toute une invitation à un nouveau paradigme, comme le souligne fort bien le DEAL Adjoint présent  aux synthèses de l’EUCC, un nouveau regard fer de lance de toute la démarche actuelle du développement durable. Le monde change mais les problèmes demeurent : A penser le futur avec nos schémas du passé, nous créons nos problèmes d’aujourd’hui. Changeons de lunettes ! Faisons évoluer nos paradigmes de pensées !

L’appréhension de notre perception de la réalité, entre autre du monde, conditionne notre vision, notre pensée, nos représentations. Pour en saisir et en comprendre les enjeux, les systèmes en action doivent communiquer, interagir => caractère complexe de l’individu, des situations, et des phénomènes. Il nous faut remodeler voire « déconstruire » notre logique catégorisante, mathématique, “unidimensionnelle ” afin de pouvoir « penser complexe » accéder à la réflexion d’ensembles de systèmes qui interagissent dans les structures et les projets.

Citons Rémy Huppert , consultant  en projets étatiques qui dénonce dans nos métiers territoriaux « des blocages de mentalités nombreux, un poids excessifs de « l’urgence ». Combien de collectivités et de groupe convoquent-ils à la hâte des consultants chèrement rémunérés dont ils ne mettent que très lentement en œuvre les recommandations, quand celles – ci ne sont pas purement et simplement jetées aux sorties ? Combien de réunion réputées impératives demeurent – elles sans décisions concrètes ? Combien de tableaux de bord réalisés non exploités… » En d’autres termes et présentement, comment intégrer la plus-value de nos travaux dans un process complet de réalisation des plans développement littoraux des communes réunionnaises expertisées ?

Nous partageons une nouvelle philosophie de méthode de développement  et de gestion des organisations et des territoires transdisciplinaire et systémique. « Les concepts de prospective, de stratégie et de planification, de management, le co-développement, sont , dans la pratique, extrêmement liés. Chacune de ses approches renvoie à un référentiel de définition et de méthodes qui convergent dans un langage non stabilisé. Ce secteur est également le nouveau marché des organismes de formation qui proposent dans le domaine de la protection de l’environnement, de la professionnalisation, sous le couverts des formations dont les intitulés procèdent des choix d’approche suivants : « coopération et communication dans les groupes », «  facilitation de groupes », « dialogue territorial et médiation », «  mobilisation de tous les publics et animation de groupes », «  concertation territoriale »

Les contributions théoriques sont  issues de nombreuses écoles : de l’approche systémique, de la loi de la variété requise de Ross ASHBY, de la sémantique générale de KORZYBSKY et de la PNL, de la méthode des affinités de KAWAKITA, qualité totale, aux concepts et directives actuellement en vigueur dans le cadre du développement durable ( diffusion les DEAL), en passant par les travaux de la cellule prospective européennes créée depuis les années 1990 « Forward Unit », les travaux de l’université de Manchester Unité Ian Miles « Stratégic Propective »  ainsi que pléthore de foyers d’expérimentations dont par exemples pour nous à La Réunion, les travaux universitaires et opérationnels à l’international du professeur Peter Keller ( « Sommets annuels internationaux du développement de projet à vocation touristique de Genève – Chamonix de 1999 à 2006 en collaboration avec l’université de Genève auxquels nous avons été assidus !  (Chamonix et Cilaos sont villes jumelées )).

Concrètement ce sont des outils pratiques aux dirigeants pour comprendre, piloter, transformer : des pratiques et méthodes du pilotage de l’entreprise (la « Visée » – la « fragmentation stratégique » – le  « modelage des compétences »  les particularités du pilotage en coaching stratégique, les difficultés de pilotage liées à l’entreprise ou au territoire –  la maîtrise la complexité  – le développement de la productivité globale de valeur ajoutée et/ou des retombées économiques –  la construction d’ indicateurs de réussites pertinents).

Le « Comment ? » renvoie à nos métiers de consultants intra preneurs du changement stratégique dans les systèmes publics ou privés, conduite du changement dans les systèmes, coaching stratégique  ( management stratégique et stratégie managériale commune)  que nous appliquons dans  toutes les réorganisations de structures et tous les projets de développement de territoires Dom-Tom depuis 2002 avec des déclinaisons sémantiques et marketing  de nouveaux métiers et/ ou nouvelles disciplines issues du privé et transposées au territoires :stratégie territoriale, marketing territoriale, concertation et/ou négociation- médiation territoriale. Nous tentons, dans un souci de présentation de réduire la présentation des outils fondamentaux à 4 points :

  • – Le séminaire accompagné de pré – diagnostic sous forme d’entretiens individuel  est outil dynamique et stratégique dans la vie des structures et des projets. La phase préparatoire, le cadre de sa réalisation, le thème retenu et l’objectif visé sont autant d’éléments qui peuvent contribuer à sa réussite. Le groupe doit y évoluer dans un contexte ou l’individuel respecte le collectif et inversement. Il doit favoriser une démarche consensuelle de propositions qui va donner un nouvel élan au projet au concept partagé (VVM) et permettre l’établissement d’une bonne gouvernance durable.
  • – Nouveau modèle de management, nouveau challenge des chefs de projets directeurs de programme : manager le changement. (Les fonctions de transformation -Interactions entre les fonctions de transformation -Maîtrise des fonctions de transformation -Modalités de l’accompagnement en coaching avec des tiers intrapreneurs).
  • – Mise en œuvre du management contractuel : négociation: gère la complexité des relations de pouvoir entre différents acteurs dans une optique d’efficacité ; Le pouvoir d’un individu se mesure à sa capacité de résoudre la zone d’incertitude d’un projet, d’une organisation, il porte sur les hommes et sur les changements organisationnels.
  • – Mise en application d’un process concomitamment au mode de gestion de  projet  ( 2 illustrations  en annexes expérimentées en plénière  de façon sommaire).

Quid de l’application réelle et actuelle dans le secteur territorial de ces nouvelles approches ?

A titre d’exemple nous citons donc, la prospective territoriale (concept projet partagé et planification)  qui obéit aux lois générales de la prospective stratégique appliquée à un objet particulier : les territoires. C’est un instrument privilégié pour aider à la compréhension et au management des dynamiques dans un contexte marqué par la décentralisation, l’autonomie  décisionnelle et la nécessité de coopérer. C’est la rançon des lois sur l’intelligence économique. L’intelligence collective permet une culture de l’anticipation et du débat collectif sur les enjeux à venir et les choix collectifs qui constitue un passage obligé pour la mise en œuvre des changements structurels et les mutations profondes des territoires. Ces démarches sont des maïeutiques puissantes pour engager les acteurs locaux sur la voies de stratégies proactives dont les éléments sont ensuite transposés en action d’aménagement et de développement  dans un document contractuel qui peut être un schéma de cohérence territorial, chartre de pays, un contrat d’agglomération  ou un schéma de développement économique… Dans le même ordre d’idée, peut – être relevée, la nouvelle discipline du marketing territorial , approche de pilotage stratégique qui a de vraies similitudes avec le marketing privé comme l’existence de compétition entre territoires pour l’accueil des projets et de profondes différences dans le sens ou les structures de développement ont pour vocation non pas de vendre mais de convaincre de l’attractivité de leur territoire doté d’un environnement d’affaire facilitant l’insertion durable des activités privées dans l’économie locale.

Actuellement, bien des applications de management stratégique et collectivités application sont opérationnelles dont les plus identifiées sont certainement les suivantes :   le programme de modernisation des services publics , les nouvelles  approches de la gouvernances durable interne et externe, les agendas 21, les ZAPA qui développement des Valeurs, Identité et Cultures Organisationnelles partagées, le développement de l’intelligence économique, la charte des médiateurs des services publics.

Ainsi, au même titre que les considérations sociétales, économiques, culturels, les réflexions et expertises liées à la prévention des risques naturels ont  – elle naturellement droit de cite, vocation, en tant qu’élément du pilier de durabilité écologique, à se penser, se décliner et être mise en œuvre dans le cadre de ces nouvelles philosophies de méthodes de développement de territoire systémiques, basées sur l’intelligence collective par nature.

Evelyne GRASPERGE

Consultant Expert en développement de projets collaboratifs notamment de territoires DOM TOM

Manager Cabinet PARTNERS CONSULTING (C&c –TD – CN…) RP Formation et management de transition.

Présidente Exécutif de L’Institut Rotarien du Leadership Francophone

Présidente  et Intervenante Institut Rotarien du Leadership Francophone Océan Indien

Ateliers EUCC « Risques côtiers, Aménagement du littoral » . Intervention du 16 novembre 2012 – DEAL, Saint Denis de LA REUNION.

Bibliographie : peu d’ouvrages en français avec des différences marquées de conception de la prospective entre les Etats Unis et l’Europe.  A signaler,  un modèle Suisse Allemand de développement durable des territoires à vocation touristiques pertinent et performante traduite en toutes langue en les travaux du Professeur Keller

%d blogueurs aiment cette page :